Le sentier Blanc Martel, d’une quinzaine de kilomètres, relie le Point sublime (à Rougon) au Chalet de La Maline (sur la route des Crêtes à La Palud-sur-Verdon). Il permet d’entrer dans les profondeurs des Gorges du Verdon en suivant le cours de la rivière sur sa rive droite. La randonnée regorge de paysages magnifiques, et mérite qu’on la parcourt.

Une si belle randonnée a le gros inconvénient d’être est très prisée en période estivale. Commencez alors la randonnée très tôt le matin pour éviter la foule, ou préférez lui une autre randonnée, pour être plus au calme.

La traversée est estimée à 7 heurs, augmentée d’une petite heure si l’on décide de rallonger par la Mescla. Cependant ce n’est qu’une estimation : tout dépend du rythme de marche (et surtout du nombre d’arrêts photo).

La randonnée n’est pas aussi variée que l’était le Sentier du Pêcheur, ni aussi impressionnante qu’est le Sentier de l’Imbut, mais elle reste très belle. Le long du sentier, qui ne fait que monter et descendre, on a la chance de passer par des des tunnels creusés par la main de l’homme, des brèches aériennes, et la célèbre passerelle de la brèche Imbert.

L’office du tourisme de Castellane décrit la randonnée de manière concise mais complète :

Depuis le Chalet de la Maline, descendre vers le fond des Gorges. A l’intersection, suivre à gauche en direction du Point Sublime jusqu’à la difficile montée de la Brèche Imbert. Descendre les escaliers métalliques raides pour atteindre le bord du Verdon. Poursuivre le sentier jusqu’aux deux tunnels (prévoir des lampes de poche). Remontez ensuite vers le belvédère du couloir Samson puis traversez la route pour continuez le sentier jusqu’au Point Sublime (150m plus haut).

Attention : le sentier Blanc Martel n’est pas une boucle ! Des navettes font le lien entre le Point Sublime et le Chalet de la Maline en période à forte affluence touristique. Hors saison, il n’y a pas de navette. La première solution est de prendre un taxi (en espérant qu’il y est des disponibilité, se renseigner AVANT de commencer la randonnée). La seconde solution est de découvrir le sentier en 2 fois : un aller retour jusqu’à la brèche Imbert au départ du chalet de la Maline, puis un second aller retour jusqu’à la brèche Imbert avec un départ depuis le Point Sublime (bon nous on a triché on est parti depuis le couloir Samson).

A noter que le sentier a récemment été rajeuni : les escaliers et les passerelles ont été restaurés et le tunnel a été percé de quatre fenêtres pour nous permettre d’admirer la nature préservée.

Après de longues hésitations, nous nous sommes décidé à parcourir le Sentier Blanc Martel. La météo s’annonçait humide. Mais la veille, elle prévoyait aussi des averse et ça n’a pas été le cas. Et nous avons eut raison … Nous n’avons eu droit qu’a quelques gouttes de pluie lors de la remonté au Chalet de la Maline le premier jour … rien de plus.

Étant hors saison et donc sans navette entre la Maline et le Point Sublime, nous avons suivi les conseils du gérant de notre Camping, ainsi que ceux de l’Office du Tourisme de Castellane, et avons décidé de faire la randonnée sur 2 jours.

Le premier jour a été consacré à la portion entre le Chalet de la Maline et la brèche Imbert. Le deuxième jour à l’autre portion : du Point Sublime du couloir Samson à la brèche Imbert.

 

Premier jour : du Chalet de la Maline à la Brèche Imbert … ou pas …

La première chose que nous a interpellé lors de notre arrivée au Chalet de la Maline, est le nombre de places très limité pour se garer … une raison de plus, en pleine saison, de commencer la randonnée très tôt…

Le début du parcours est très agréable, on traverse une flore luxuriante sur un petit sentier qui serpente et descend gentiment … A ce moment la nous sourions : cette randonnée s’annonce facile…

Étant en plein préparatif pour notre prochain roadtrip américain nous n’avions pas aussi bien préparés nos visites et excursions qu’on le fait habituellement… On y a été “à la cool”, quasiment les mains dans les poches… Je n’ai pas vérifié ce que Julian m’a indiqué. La semaine avant le départ, je lui ai envoyé quelques pages de blog qui parlaient des randonnées à faire des les Gorges du Verdon, et lui ai laissé le soin de tout lire et de faire un choix. Avant de faire la randonnée, il m’a juste dit : tu verras la randonnée est de niveau facile à moyen, et on marchera pendant quasi toute la randonnée le long du Verdon …. J’aurais du vérifier ses dires … (nous avons compris le deuxième jours qu’il s’était certainement emmêler les pinceaux entre le sentier Blanc Martel et sentier du Pêcheur …).

La descente commence à être plus raide. On emprunte des marches faites de pierres… Je déteste ces grandes marches. Avec mes petites pattes toutes courtes, la descente est désagréable … Je pense à la remonté du soir… J’ai mal aux cuisses rien que de l’imaginer… Sur le sentier nous croisons des déchets abandonnés (les premier d’une longe série) … j’enrage et vocifère … pourquoi les gens ne pensent pas à prendre un sac pour leurs déchets… pourquoi souiller une si belle nature … Le pompon arrive quelques mètres plus bas … Un marcheur a abandonné du papier toilette souillé à même le sentier … une honte !

Premier arrêt juste avant le Pas d’Issane, la vue est magnifique. On aperçoit au loin la Passerelle de l’Estellié. Un couple de randonneur tente de nous dissuader de continuer la randonnée … le ciel est grisonnant… ils craignent un orage … On s’est fait avoir les jours précédents …. et on décide donc de continuer notre route.

Vue depuis le Pas d’Issane
Au fond des Gorges, la Passerelle de l’Estellié, qui rejoint le sentier de l’Imbut
Passerelle du Pas d’Issane

Nous marchons jusqu’au carrefour des Cavaliers. On hésite à faire le détour jusqu’à la passerelle de l’Estellié… J’ai très envie de la voire et de l’emprunter… Mais nous avons prévu de faire le sentier de l’Imbut en fin de semaine, et nous la traverserons à ce moment la… On ne fera donc pas le crochet jusque là. Si nous avions su que la météo ne nous permettrait pas d’y aller (mais avec des si on pourrait refaire le monde …) … J’aurais adoré admirer de prêt cette passerelle à l’architecture si particulière …

Nous arrivons ensuite au Pré d’Issane. Et nous voila parti pour la partie la plus monotone et longue de la journée … : ça monte, ça descend… nous marchons principalement au milieux des arbres et des Sapins. On est parfois à flanc de falaise, a plusieurs mètres très au dessus du Verdon … Je switch en mode enfant/ado capricieux et je commence à râler : c’est long, c’est quoi cette arnaque, tu ne m’avais pas dit que la randonnée était dans la forêt… et en plus on est même pas proche de l’eau … on rigole alors …. et on continu de marcher… la marche le long du Verdon sera certainement un peu plus loin, ou dans la partie qu’on explorera demain …

On longe enfin le Verdon … et on décide de s’arrêter pour manger … on s’installe  au bord de l’eau … Le paysage est magnifique…

On arrive aux éboulis de Guègues sans trop s’en rendre compte.

Nous voila au Baume aux bœufs … malheureusement il semblerait que certains randonneurs aient pris ce lieu pour des toilettes … !!! …

On continue de marcher et on arrive au Carrefour de la Mescla … et la on se trompe de chemin … au lieu d’aller en direction de la brèche Imbert, on marche ne direction de la Mescla. On s’en rend compte après quelques minutes de marche, on fait alors demi tour … Et on commence la route en direction de la brèche Imbert… On regarde l’heure… il faut encore faire le retour… Julian semble en avoir marre … Un bruit sourd gronde au loin…  Julian et me dit que l’orage approche (et je me suis fait avoir)… on décide de faire demi tour avant d’avoir atteint la brèche Imbert (on y était presque)…

Le retour est étrangement assez simple et surtout très rapide. Peut être la peur de marcher sous l’orage et sur des roches mouillées et glissantes… on trotte … on arrive très vite aux escaliers qui me hantaient depuis le début de la journée … la remontée est cette fois difficile … mes jambes me font souffrir… encore quelques mètres et on arrive au sentier qui serpente … le même bruit sourd retenti, mais plus fort : il s’agit des travaux près du chalet de la Maline (!!) … Nous atteignons le chalet … et nous retrouvons notre voiture …

Le plus dure reste à faire, nous devons rejoindre Castellane … la route est longue …
Arrivé au camping on file à la douche…
Loulou veut aller se balader et jouer …
Ce soir on se couche avec les poules … demain nous parcourrons l’autre partie du sentier Blanc Martel…

Deuxième jour : du Couloir Samson à la Brèche Imbert …

Je m’attendais à me réveiller avec d’horribles courbatures … mais ça n’a pas été le cas…

Le début (ou la fin) de la randonnée devait être le Point Sublime. Nous avons suivi les conseils des locaux et avons commencé la randonnée depuis le Couloir Samson. La balade commence donc en beauté puisqu’il s’agit d’un des points les plus beau du sentier (qu’on a bien entendu quasi pas photographié).

Nous voila donc de retour sur le sentier Blanc Martel… La piste est très facile, il y a d’ailleurs beaucoup plus de monde ici qu’au chalet de la Maline… Nous sommes proches de l’eau Julian est content… On profite de la vue.

On emprunte ensuite des escaliers de pierre, ceux ci sont moins raides que ceux de la veille (mais je déteste quand même ces escaliers …)… il faudra les remonter au retour (…) … on marche … et arrivons au niveau de la petite passerelle qui permet d’accéder au tunnel du Baou (670 mètres de long); puis au tunnel du Trescaire (110 mètres de long)…

Les tunnels sont l’un de mes passages préférés … creusés à même la roche et très humides… il y fait une nuit opaque… nous sommes seul… les lampes torche nous permettent à peine d’anticiper les flaques d’eau stagnante… on essai au début de les éviter .. mais on se rend vite compte que nous devrons y tremper nos pieds : certaines d’entre elles sont très étendues, et parfois bien remplies … Heureusement que nous avions chaussés nos Lowa : elles ont sauvé nos pieds en les gardant bien au sec…


Le tunnel du Baou a récemment été percé d’une fenêtre qui permet d’accéder au Baume au pigeons, qui offre une vue magnifique sur le Verdon en contrebas.

A la sortie des tunnels, la vue est magnifique

Une fois les tunnels franchis, on arrive très vite aux escaliers de Trescaire puis au Belvédère de Trescaire. Ce belvédère marque la fin du “secteur découverte”. Un grand panneau indique qu’a partir de ce point la randonnée est est plus difficile.

Après avoir contemplé le paysage et fait quelques photos, nous sommes reparti, comme la veille, pour une longue marche tantôt à l’ombre des arbres, tantôt en plein soleil, … qui monte … qui descend… et remonte … Et aujourd’hui c’est au tour de Julian de râler … Prise d’un doute sur ses affirmations de la veille, je profite d’une zone dans laquelle le réseau Free passe pour chercher des informations sur la randonnée. Et je me rends compte que Julian s’est mélangé les pinceaux entre le sentier du pêcheur et le sentier Blanc Martel … et que le niveau de la randonnée n’est pas facile/moyen mais difficile (ou alors m’aurait il entourloupé pour que j’accepte de faire la randonnée ?)… On continu le chemin … on monte, on descend…

On passe devant le Défilé des baumes frères sans s’en rentre compte et on marche jusqu’au prochain point … le baume aux chiens puis le baume aux hirondelles (comme hier, certains randonneurs ont pris ces lieux pour des toilettes).

Le chemin est difficile je commence a avoir mal aux jambes … Et on arrive enfin à la Brèche Imbert … On monte les 270 marches métalliques de l’échelle qui permet de grimper dans le passage étroit de la grande brèche, une à une (personne sujet au vertige s’abstenir).  Arrivés en haut des escaliers, il reste un rocher à “escalader” pour atteindre le belvédère Imbert, une rampe est installée pour nous permettre de monter plus facilement et pouvoir admirer la vue qui est magnifique…

La célèbre échelle de la brèche Imbert et ses 270 marches

La vue depuis le belvédère Imbert permet de mesurer l’immensité du canyon, la vue est a couper le souffle

On redescend les marches et commençons le retour en direction du couloir Samson.

Nous remarquons le panneau du Défilé des baumes frères … Nous prenons le petit sentier et arrivons au point le plus beau, à mon sens, de la randonnée. Ce sera notre air de pique nique, mais aussi celle d’autre randonneurs.

Le lieu est tellement beau qu’on a du mal à le quitter… mais il faut rentrer…

 

Infos sentier:

Balisage GR4 rouge et blanc
Distance 15 km
Dénivelé positif 600 m
Durée 7 heures
Niveau : difficile
Non adapté aux poussettes, interdit aux chiens et aux enfants de mois de 8 ans.
Quelques passages délicats: échelles, pierreries, rochers glissants, tunnels. Sentier à éviter si vous êtes sujet au vertige (en raison de quelques passages a flanc de falaise).
Il est impératif : d’avoir de bonnes chaussures de marche, des lunettes de soleil, un vêtement chaud, un chapeau ou casquette. (Le soleil tape parfois très fort).
Il faut emporter : 2 litres d’eau par personne au minimum, un peu de nourriture, une bonne lampe de poche, un sac pour emporter vos restes et déchets.

Laetitia

Roadtrippeuse accroc à la beauté des choses et du monde, je vous parle de mes passions à travers mon blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *